Albert Brazeau

J’ai perdu ma langue,
mais j’essaie quand même de la retrouver.

Je viens de Val-d’Or et j’ai déménagé à Montréal à mes 18 ans. Bien qu’il est rare, lorsque je croise au travail une autre personne des Premières Nations, je souris automatiquement. Des fois, ma mère vient ici et on va explorer la ville ensemble. Parfois, sur un coup de tête, je vais partir où j’en ai envie, je vais descendre là où je le veux et je vais explorer. Mon lieu préféré demeure le bord du fleuve, j’aime rester là pendant une heure et tout simplement regarder la vue.